Hubert Falco

Maire de Toulon
Président de Toulon Provence Méditerranée
et de l'association des Maires du Var
Ancien Ministre

« Toulon de long en large » à l’honneur dans Le Monde

Article publié le 5 mars 2022 sur le site internet du quotidien Le Monde

Entre monts et mer, marché populaire et brasserie élégante, la capitale varoise, bâtie par des architectes ambitieux, de Jean de Mailly à Rudy Ricciotti, exige un peu de curiosité pour dérouler tout son charme.

Le conseil, amical, est venu d’un Toulonnais de Toulon : « Commence par t’éloigner, et tu verras… » En effet, la préfecture du Var n’est pas de ces villes qu’on regarde comme on lèche une vitrine. Il faut d’abord prendre de la distance, soit par l’ascension du mont Faron en téléphérique, pour comprendre la cité, soit par la traversée de la rade en bateau-bus direction Les Sablettes. « Il n’est rien de plus beau que la dentelure maritime de la côte toulonnaise. Nous sommes là dans un site admirable. C’est beau comme dans un rêve », écrivait George Sand. Vu de la mer ou du ciel, George Sand a mille fois raison.

Pour autant, la cité a subi bien des outrages depuis le XIXe siècle où l’écrivaine l’a arpentée. Le directeur de la Villa Noailles, Jean-Pierre Blanc, nous y servira de guide. Depuis que, sous son impulsion, Hyères s’est transformée en un des centres d’art les plus actifs de l’Hexagone, ce passionné de mode, d’architecture et de design est devenu une sorte d’ambassadeur de la métropole de Toulon. Il le sait, la ville est incomprise.

Avenue de la République, la vieille ville cède le pas à l’immeuble le plus emblématique de la reconstruction, la Frontale du port, construit à partir de 1950 et labellisé patrimoine du XXe siècle.

Coincée sur une langue de terre étroite entre mer et monts, bombardée pendant la seconde guerre mondiale, Toulon a quelques excuses pour ne pas être le genre de beauté bien ordonnée qu’on voudrait qu’elle soit. Plus cubiste qu’impressionniste, plus gueule cassée que profil aquilin, la cité, si elle était un visage, serait celui buriné mais avenant d’une femme marquée par l’histoire.

L’empilement des styles qui la caractérise, depuis la Tour royale, construite en 1514, jusqu’aux réalisations récentes de l’architecte Rudy Ricciotti, se lit particulièrement bien rue Saunier, où Jean-Pierre Blanc nous invite à changer notre manière de voir. « Toute l’architecture de cette rue est remarquable, s’enthousiasme-t-il. Le Cercle naval, si élégant, date des années 1930 ; face à lui, une des belles réalisations de l’architecte toulonnais Jean-Georges Narkisian, des années 1960 ; puis l’arrière de l’hôtel des Arts, anciennement sous-préfecture du Var, puis l’immeuble haussmannien de la Poste, face à un petit jardin de ville préservé ; plus loin encore les Galeries Lafayette, avec leur style paquebot ; et finalement l’Opéra, pur exemple du style Napoléon III, qui barre la rue à l’est. »

Adresses chics et « street food »

Alfred Henry, l’architecte en 1969 du très graphique immeuble de la Caisse d’épargne, devenu le siège de la communauté d’agglomération Toulon Provence Méditerranée, juste au-dessus de la place de la Liberté, est emblématique de ces bâtisseurs actifs dans la ville depuis la reconstruction jusqu’aux années 1970. Le meilleur de leur œuvre a longtemps été méprisé, un dénigrement que les architectes des « trente glorieuses » ont subi jusque dans les années 2000.

La création du label « patrimoine du XXe siècle » et l’effet du temps ont permis de réviser des jugements hâtifs. On sait à nouveau voir les réalisations de ceux que Jean-Pierre Blanc appelle « la dream team de l’école de Toulon » : Alfred Henry donc, Pierre Pascalet et Paul Luyton, ou encore Jean de Mailly.Sur la place Puget, face à la belle fontaine des Trois-Dauphins qui cache une sculpture du XVIIIe siècle sous une végétation envahissante, le Chantilly est un peu à Toulon ce que le Café de Flore est à Saint-Germain-des-Prés. Cette brasserie si élégante est à deux pas du très populaire et typiquement provençal marché du cours Lafayette. Tous les matins, lundi excepté, cette large artère, qui monte du port, accueille des étals où les couleurs des fruits et des légumes dominent celles des fleurs.

A l’image de son architecture, la vieille ville est un mélange d’adresses chics et de street food « qu’il faut absolument goûter quand on vient à Toulon », insiste Jean-Pierre Blanc. Deux spécialités : les chichis Frégi de G. Toine – un délicieux beignet sucré parfumé à la fleur d’oranger – rue Vincent-Courdouan, deux euros cinquante pour un bonheur qui n’a pas de prix ; et la cade, sorte de flan de pois chiches, version locale de la socca niçoise, qu’on achète brûlant pour l’apéro soit au Four à cade soit à La Cade à Dédé.

A deux pas du cours Lafayette, les halles, entièrement rénovées après des années d’abandon, grouillent de vie au cœur de la vieille ville. Désormais tables et étals s’entremêlent pour le déjeuner ou en début de soirée, dans une ambiance très mélangée, où s’accoudent aux mêmes comptoirs des touristes ou des lycéens.

« Viens, poupoule ! »

Avenue de la République, la vieille ville cède le pas à l’immeuble le plus emblématique de la reconstruction, la Frontale du port, signée de l’architecte Jean de Mailly. Construit à partir de 1950 et désormais labellisé patrimoine du XXe siècle, ce long ensemble étroit, bordé par le quai Cronstadt, retrouve peu à peu ses couleurs d’origine. Dans les loggias qui font face à la mer, les persiennes en bois reprennent leur place à mesure que disparaissent les éléments en aluminium et autres bricolages qui dénaturaient la façade. On lit mieux l’élégance des garde-corps en tubes métalliques et des claustras en béton alvéolé. La Frontale est traversante, avec des pilotis qui ouvrent la ville vers le quai, et inversement. Balade du dimanche et des chaudes soirées d’été, celui-ci accueille des bars et des restaurants, dont certains sont de très bonnes surprises, comme Manofica, un italien généreux.

A l’extrémité orientale du port : le stade Mayol, le temple du rugby construit grâce à la générosité du chanteur Félix Mayol, célèbre à la fois pour son tube Viens, poupoule ! en 1902 et pour son amour des joueurs du rugby plutôt que du ballon ovale. Puis on file vers le Mourillon. Village dans la ville, cet enchevêtrement de ruelles qui descendent vers la mer est une destination de vacances à lui seul. Des petites maisons aux façades colorées ponctuent les hauteurs, tandis que le front de mer accueille de très beaux immeubles dans le style riviera des années 1950 et au-delà.

C’est le cas du bien nommé Côte d’Azur, au Mourillon, construit tout en bleu et blanc par le duo Pierre Pascalet et Paul Luyton, à qui l’on doit aussi le Concorde et sa fameuse tour de vingt étages. Sur sa façade est, un décor en pâte de verre polychrome propose une image stylisée de… la faucille et du marteau.

Nulle trace de design communiste sur celle du Côte d’Azur, dont les stores bleu roi sont encore enroulés. Comme souvent ici, l’architecture allie légèreté de la villégiature et poids de l’histoire. Sur la plage, le fort Saint-Louis, construit sous le règne de Louis XIV, n’était-il pas une tour à canons ? C’est aujourd’hui un club très privé et très envié : le club nautique de la marine nationale, strictement réservé aux militaires.

Facebook
Twitter
LinkedIn

Articles suggérés

visuel_78emeliberationtoulon

78ème anniversaire de la Libération de Toulon

Chaque année, en ce 28 août, nous ressentons la même émotion, au moment de rendre hommage à ces femmes et hommes grâce auxquels nous vivons, …

Lire la suite →
visuel_concertmika

Nos concerts de Toulon Plages 2022 concluent l’été toulonnais en beauté !

Quelle superbe soirée de concerts (une nouvelle fois gratuits et ouverts à tous !) sur la quatrième anse de nos plages du Mourillon où nous …

Lire la suite →
visuel_loubierelivraisonarbres

A La Loubière, les dernières grandes essences prennent place !

Nous réceptionnons actuellement les dernières grandes essences de notre grand parc public de 16 000 m2 de la Loubière. Ces dernières essences se rajouteront aux …

Lire la suite →

Hubert Falco

Maire de Toulon
Président de Toulon Provence Méditerranée
et de l'association des Maires du Var
Ancien Ministre