Hubert Falco

Maire de Toulon
Président de Toulon Provence Méditerranée
et de l'association des Maires du Var
Ancien Ministre

Retour sur le 76ème anniversaire de la libération de Toulon

C’est toujours avec une grande émotion que nous nous retrouvons, chaque 28 août, toutes générations confondues, devant notre monument aux morts, pour rendre hommage avec gratitude et reconnaissance à celles et ceux qui, en 1944, luttèrent pour permettre à notre Ville de Toulon
et à notre pays de retrouver la liberté.

Pourtant, en cette année 2020, notre état d’esprit est différent. En effet, nous vivons une crise sanitaire mondiale sans précédent, la Covid-19 étant le plus grand défi auquel nous ayons été confrontés depuis la seconde guerre mondiale. Les impacts sociaux, économiques et politiques de cette crise laisseront dans le monde de profondes cicatrices.

Pendant le confinement, tandis que les employés des services publics et les actifs de ce que l’on a appelé la « deuxième ligne » s’efforçaient de permettre à la vie de continuer, c’est un véritable combat pour la vie que les médecins et personnels soignants ont eu à mener sans relâche des semaines durant.

Aujourd’hui, en France, dans la Région Sud, dans le Var qui vient d’être classé zone Rouge par le Premier Ministre, à cause d’une recrudescence incontestable de l’épidémie, le Coronavirus regagne du terrain et reste plus que jamais une véritable menace.

Serge Ravanel, chef des FFI de la région de Toulouse, définissait ainsi son engagement dans la Résistance : « La Résistance avait développé des réflexes unitaires, enseignant la coopération entre couches sociales, confessions ou opinions différentes.

Elle avait appris à mobiliser les hommes autour de quelques grandes valeurs éthiques : le courage, l’esprit de responsabilité, l’honneur, la liberté, la fraternité, les droits de l’homme, l’humanisme et la tolérance. »

N’est-ce pas une forme de Résistance contre une force ennemie et invisible, le Coronavirus, que nous vivons ?

– Les personnels soignants à leur poste, jour et nuit, dans les cabinets médicaux, les laboratoires, les hôpitaux,
– Les citoyens respectant pour leur part les gestes barrières et le port du masque pour se protéger et protéger les plus fragiles, tout en participant à la reprise de l’activité économique du pays.
La Résistance…
Oui, en cette année 2020, où nous célébrons le Général de Gaulle à travers trois anniversaires :
– Le 130ème anniversaire de sa naissance,
– Le 80ème anniversaire de l’Appel du 18 juin,
– Le 50ème anniversaire de sa disparation,
il est plus que jamais temps de célébrer l’esprit de Résistance, l’esprit de la République, l’esprit de la Nation qu’incarne la figure du Général.

Une France debout, une France du courage, de la fierté et du devoir que le Général de Gaulle symbolise aujourd’hui encore dans notre pays comme dans le monde.
Chaque commémoration doit être un rendez-vous. Un rendez-vous de la mémoire, de l’histoire.

Un rendez-vous avec les Français, notamment les plus jeunes d’entre eux, afin que ce soit aussi le moment de la transmission.

Oui, vous l’avez compris, c’est tout d’abord aux héros des services de santé, honorés lors de la Fête Nationale, que je souhaite rendre hommage aujourd’hui : médecins, infirmiers, aides-soignants, brancardiers, ambulanciers, étudiants en médecine, personnels des EHPAD, pompiers, etc. J’en oublie peut-être, j’en oublie sûrement…

Je veux également saluer l’action et le dévouement des militaires de nos trois armées (Terre, Air et Marine Nationale) et des personnels des services de santé des armées qui, en pleine tourmente, ont participé à l’opération « Résilience » lancée dès le 25 mars
Engagés pour prêter main forte à nos concitoyens frappés de plein fouet par le Coronavirus dans les zones les plus gravement touchées – l’Est notamment -, ils ont participé aux transferts des patients et des soignants.

Nous pouvons dire que ces femmes et ces hommes aussi, en dignes héritiers des soldats du Général de Lattre qui ont libéré Toulon en août 1944, ont, d’une certaine façon, libéré les zones les plus sévèrement atteintes par la pandémie.

Qui, pendant le confinement, traversant notre ville déserte et silencieuse, ou regardant à la télévision ces images de Paris comme vidée de ses habitants, n’a pas pensé à cette France occupée telle que nous la montrent les documentaires consacrés à la 2ème guerre mondiale ?

Durant ces 56 jours, les Français applaudissaient tous les soirs à 20 heures à leurs fenêtres ou sur leurs balcons pour remercier avec ferveur les personnels soignants.

Comment alors ne pas penser à nos compatriotes qui, il y a 76 ans, en cette fin du mois d’août 1944, arboraient des drapeaux français pour fêter et applaudir leurs libérateurs ?

En août 1944, après des années de souffrances et de privations, notre ville cruellement meurtrie voyait entrer ses libérateurs.

Pour la première fois depuis longtemps, des Français libéraient d’autres Français.

Souvenons-nous des hommes et des femmes qui ont combattu pour la libération de notre ville et qui ont versé leur sang pour elle.

M’adressant aux vétérans, aux anciens combattants et anciens résistants, qui sont parmi nous aujourd’hui, je voudrais dire notre reconnaissance pour leur engagement.

Même s’ils sont hélas de moins en moins nombreux, c’est une vraie chance de les avoir encore aujourd’hui parmi nous, porteurs de la mémoire vive de la guerre et de la Résistance.

En rendant hommage aux soldats de De Lattre, souvenons-nous qu’aujourd’hui encore, partout dans le monde, là où la présence de la France est utile et nécessaire, notre armée se déploie pour garantir la paix et sauver des vies.

Nos combattants d’aujourd’hui le font avec courage, avec générosité, avec cœur.

C’est à eux, aux soldats, aux aviateurs et aux marins français qui aujourd’hui servent nos couleurs en défendant la paix dans le monde sous mandat international que je pense.

Et en rendant hommage à toutes celles et tous ceux qui veillent à la sécurité du territoire national, tous corps de métiers confondus, j’ai une pensée particulière pour la jeune gendarme de 25 ans, Mélanie Lemée, qui a perdu la vie, il y a quelques semaines, dans l’exercice de ses fonctions, tuée par un conducteur sans permis au casier judiciaire chargé.

Je pense aussi à tous les policiers et les gendarmes blessés dans leur chair pour accomplir leur devoir.

En cet instant de recueillement, je souhaite les associer, avec respect et reconnaissance, à ces hommes et ces femmes qui, en cet été 1944, ont donné leur vie pour que nous soyons des hommes libres et pour que Vive la France.

Vive Toulon !
Vive la République !
Vive la France !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Articles suggérés

visuel_ifpvpsmontety

Le nouvel Institut de Formation des Professions de Santé de Montéty présenté !

Nous étions réunis ce matin au siège de la Métropole, avec notamment Yannick Chenevard et François de Canson, Conseillers Régionaux représentant le Président de la …

Lire la suite →
visuel_travauxbarrage

Les travaux d’aménagement et de sécurisation du barrage de Dardennes sont lancés !

J’étais ce matin au Revest-les-Eaux, aux côtés du Maire Ange Musso, Vice-Président de la Métropole Toulon Provence Méditerranée, pour présenter les différentes étapes des travaux …

Lire la suite →
visuel_solidarite06

Le Var et sa Métropole Toulon Provence Méditerranée au rendez-vous de la solidarité

Nos voisins des Alpes-Maritimes viennent de vivre une terrible catastrophe naturelle dont le bilan humain, encore bien provisoire, est déjà très lourd. Dès samedi, la …

Lire la suite →

Hubert Falco

Maire de Toulon
Président de Toulon Provence Méditerranée
et de l'association des Maires du Var
Ancien Ministre